Leap Motion, nouvel acteur de la réalité augmentée

Leap Motion s’est fait connaître il y a quelques années grâce à son boîtier Leap permettant de faire de la reconnaissance de mouvements des mains sur PC et Mac. La société fait à nouveau parler d’elle à travers un nouveau projet nommé North Star. Son objectif : concevoir une plateforme de réalité augmentée accessible et offrant une expérience plus immersive et réaliste que les systèmes existants.

100 $

C’est le prix maximum que doivent coûter des lunettes de réalité augmentée produites à grande échelle d’après Leap Motion. Pour cela, la société a rédigé un ensemble de spécifications matérielles et logicielles qu’elle va rendre publique très prochainement. Ces spécifications permettent d’après eux de concevoir des lunettes plus performantes que toutes celles existantes (notamment en termes de résolution d’écran, champ de vision et taux de rafraîchissement), pour un coût de production inférieur à 100$, une fois les lunettes produites à grande échelle. L’objectif n’est pas de produire leurs propres lunettes de réalité augmentée, mais de s’appuyer sur des partenaires afin de mettre en avant leur technologie. Une partie des spécifications est décrite ici.

Prototype des lunettes de réalité augmentée de Leap Motion (source)

L’interaction avant tout

Mais au delà de ces spécifications permettant de rendre les lunettes accessibles au plus grand nombre, Leap Motion veut mettre en avant un point essentiel pour eux : l’expérience utilisateur. En effet, fort de son expérience avec son boîtier Leap, la société met en avant l’intégration de celui-ci dans les lunettes, permettant ainsi une interaction « naturelle » avec les objets virtuels. Cette intégration a fait l’objet de différentes vidéos de démonstration ces dernières semaines, qui je dois l’avouer, m’ont semblé plutôt impressionnantes. Leur capteur permet de gérer l’interaction manuelle avec les éléments virtuels, et en partie de gérer leur occultation avec les éléments physiques.


Et après ?

Le but de Leap Motion n’est ainsi pas de produire de nouvelles lunettes de réalité augmentée, mais bien de démocratiser cette technologie en laissant la voie libre à d’autres fabricants grâce à leurs spécifications rendues publiques. Leur intérêt réside donc dans l’exploitation de leur boîtier Leap intégré dans les lunettes. Reste donc à savoir si des fabricants vont se manifester, sachant que beaucoup des gros acteurs du domaine ont déjà leur propre matériel (Google glass, Microsoft Hololens, Epson Moverio, Vuzix Blade, Magic Leap One, …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.